Le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 26 septembre 2017

Démission de Michel Lussault, président du Conseil des programmes scolaires

Dans sa marche à rythme soutenu vers le passé, Jean-Michel Blanquer s'est récemment fait remarqué par ses annonces sur le l'enseignement des opérations mathématiques et de la grammaire; décisions qui court-circuitaient le Conseil des programmes scolaires.

L'Ecole « vaut mieux que ce que l’on est en train de faire » en empilant des mesures hétéroclites, sans fondement ni cohérence explique Michel Lussault en démissonnant.

samedi 20 mai 2017

Jean-Michel Blanquer: de droite... et... de droite

Si Najat Vallaud-Belkacem, la première femme ministre de l'éducation nationale de France a quitté son ministère sous les applaudissements des personnels présents, son successeur n'est pas vraiment un nouveau venu. Déjà conseiller dans ce ministère sous plusieurs gouvernements de droite son discours de prise de fonction confirme les choix qu'il affirmait par le passé: développer les "fondamentaux" (mot fétiche des anti-pédagogues); passer de deux maitres par classe dans les REP à un dédoublement de la classe (comme ça on n'est sûr qu'on ne changera rien aux méthodes), une soi-disant autonomie des établissements qui semble surtout être l'autonomie des chefs d'établissements, etc.

Jean-Michel Blanquer marche, oui, mais à reculons.

Pour prolonger, élargir, prendre un peu de recul:
Denis Paget. Non à l’éternel retour. Sur le site des Cahiers pédagogiques. Denis Paget est membre du Membre du Conseil supérieur des programmes.

Mise à jour du 24 mai: un seul projet trouve grâce à mes yeux, l'annonce d'un dispositif "devoirs faits". On rappellera quand même qu'un arrêté et une circulaire de... 1956 inscrivent les devoirs pendant le temps scolaire. Le problème étant que cette sage décision n'a jamais été appliquée. Notre nouveau ministre fera-t-il mieux?

lundi 27 décembre 2010

Changer de cap

«Devant l’ampleur de la crise de l’école, nous voulons dire que malgré toutes les réformes qui se succèdent, mais souvent se contredisent, et malgré l’implication combative des enseignants, les résultats ne sont pas au rendez-vous... Ce qui invite d’urgence l’école à réinterroger profondément ses finalités, ses valeurs et ses pratiques... Le premier pas ne serait-il pas de s’interroger sur le sens qu’avec toute la société elle donne à la réussite ? Notre conviction est qu’elle ne peut pas s’épargner ce questionnement d’ordre anthropologique.»

Lancé par des spécialistes des sciences de l’éducation, dont André Giordan, Jacques Nimier, Marie Francoise Bonicel, Claire Héber-Suffrin, Bruno Mattei, avec Edgar Morin, cet appel pose dix transformations possibles : repenser la formation des enseignants, officialiser le travail en équipe, conférer un statut à l’erreur, transformer l’évaluation, repenser l’autorité, intégrer les apports de l’éducation psychosociale et la gestion non-violente des conflits.

L’appel (pdf - 1,2Mo).

- page 1 de 3